Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde 2020

Le Jury de la 30e édition du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde réuni le samedi 24 octobre 2020 a décerné à l'unanimité son prix à Alfred Alexandre, Yanick Lahens et Elie Stéphenson. Ils sont récompensés pour l'ensemble de leurs œuvres.

Alfred Alexandre

Considéré comme le chef de file de la génération littéraire post-créolité, Alfred Alexandre vit et écrit en Martinique. Son premier roman Bord de canal (Dapper, 2004) a obtenu le Prix des Amériques insulaires et de la Guyane 2006 et son premier texte théâtral La nuit caribéenne a été choisi parmi les dix meilleurs textes francophones au concours général d’Écriture Théâtrale Contemporaine de la Caraïbe (2007). L’expérience charnelle de l’insularité constitue l’une des caractéristiques majeures de sa littérature… L’errance est le thème central qui traverse et donne son unité à une œuvre ouvrant sur une multiplicité de genres : roman, théâtre, essai, poésie, scénario.

Yanick Lahens

L’œuvre de Yanick Lahens occupe une place importante dans la littérature haïtienne. L’écrivaine a publié un essai (Entre l’ancrage et la fuite, l’écrivain haïtien), des recueils de nouvelles (Tante Résia et les dieux, La petite corruption, La folie était venue avec la pluie), un récit (Failles) et des romans (Dans la maison du père, La couleur de l’aube, Guillaume et Nathalie, Bain de lune et Douces déroutes). Elle a obtenu de nombreux prix, dont le prix France Télévisions pour La Couleur de l’aube, le prix Carbet des Lycéens pourGuillaume et Nathalie et prix Femina pour Bain de lune en 2014. Le 21 mars 2019, Yanick Lahens a présenté sa leçon inaugurale, intitulée Urgence(s) d’écrire, rêve(s) d’habiter au Collège de France. L’écrivaine reçoit ce prix pour l’ensemble de son œuvre et sa contribution à une meilleure connaissance de la littérature et de la culture haïtiennes.

Elie Stephenson

Elie Stephenson, né en 1944 à Cayenne, est l'un des grands poètes-dramaturges guyanais. Auteur de recueils de poèmes dont Une Flêche pour un pays à l'encan, Catacombe de Soleil, La conscience du feu et de plusieurs pièces de théâtre dont Ô Mayouri en 1988. Il reçoit une bien belle récompense pour son engagement sans faille qui irradie sa poésie comme ses multiples œuvres théâtrales. Pour son combat incessant en faveur de sa Guyane natale et de tous les peuples opprimés. Combat qu’il a mené au bout d’une plume talentueuse et inspirée. Pour sa conscience de feu avec laquelle il a traversé les rituels du vent et les catacombes du soleil comme une flèche à l’encan. Pour son ouverture généreuse aux élans du Tout-Monde où figurent le plateau des Guyanes, l’Amazonie et l’Amérique du Sud. Autant de terres de métissages qui ont tressé les cultures dans une diversité harmonieuse et novatrice.

À propos du prix

Le Prix Carbet, porté par l’Institut du Tout-Monde, récompense chaque année une œuvre de la Caraïbe et du Tout-Monde ouverte aux imaginaires et aux identités en résonance.

«Le Prix Carbet de la Caraïbe contribue chaque année à illustrer et raviver la force de création, les imprévus de l’imaginaire, surgis de cet archipel et de ses prolongements, la parole née de tant d’énergies qui là se sont rencontrées et désormais se reconnaissent, entre les visions à grand espace des Amériques et la poussée flamboyante des Afriques.» Édouard Glissant

Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien.

Découvrez les œuvres des lauréats dans la Bibliothèque des Amériques