Sélection coup de coeur

La Bibliothèque des Amériques vous partage ce premier coup de coeur! Vous souhaitez participer à ce type de projet? Remplissez le formulaire ci-dessous. Qui sait, vous serez peut-être l’un des lecteurs retenus et votre coup de cœur pourrait inspirer les lectures de vos pairs francophones et francophiles des Amériques!


Coup de cœur de Gabriel Yared, Brésil

Je m’appelle Gabriel Yared, j’habite à Macapá et je suis étudiant en licence de lettres portugais/français à l’Université Fédérale d’Amapá, au Brésil-(UNIFAP).

Marie-Célie Agnant raconte dans La dot de Sara l’histoire de Marianna, une femme âgée née en Haïti qui émigre au Canada pour aider sa fille, Giselle, enceinte. Même si les projets initiaux de Marianna étaient de retourner à son pays d’origine, elle se retrouve hypnotisée par sa petite-fille, Sara, qui ressemble à Aïda, sa grand-mère.

Prise par les mémoires du village où elle est née et par les gens qu’elle y a connu et y a laissé, Marianna passe son temps à raconter les histoires du « temps longtemps » et de « là-bas » à sa petite fille pour qu’elle connaisse ses racines culturelles, même si cela engendre des conflits avec sa fille Giselle, qui veut vivre une nouvelle vie, libre de ses origines.

 La Dot de Sara est une œuvre qui nous montre comment nous sommes le produit des expériences vécues, chose importante, mais également comment, parfois, l’idée déformée du passé peut nous empêcher de connaître et de vivre de nouvelles expériences et de profiter des beautés de la vie.

Bonne lecture !


Coup de cœur de Ricot Marc Sony, Haïti

Je suis Ricot Marc Sony, amateur de littérature, de jazz et d’écriture. Je suis rédacteur au quotidien haïtien Le Nouvelliste.

Je vous recommande la lecture de Rue des rêves brisés, le roman écrit par Guy Belizaire, publié aux éditions de l’Interligne.

Dans ce texte au rythme fluide et serré, qui prend son temps sans jamais s’essouffler, Guy Belizaire dresse tout en nuance un vibrant tableau sur l’exil, l’immigration, le racisme et l’identité. L'intérêt de ce roman réside dans ces petites étincelles d'émotion que nous transmet le personnage principal, dans son désir d'être accepté et d'être aimé.

Dans ce roman plein de tendresse et d’humour, le narrateur Christophe a 17 ans. Il est né et a grandi à Longueuil au Québec. Mais attachés à leur pays d’origine, Haïti, ses parents projettent de quitter le Canada. Christophe est profondément triste. Ce voyage, qui le séparera de ses amis, n’est pas envisageable. Ses parents vendent leur maison et quittent Longueuil pour s’installer à Chemin-de-la-Côte-des-Neiges en attendant de retourner en Haïti. Dans ce nouveau quartier, il y rencontre Mélodie, son amour, et plusieurs jeunes gens avec qui il se lie d'amitié. Après l'euphorie causée par la fin de la dictature de Papa Doc en Haïti, la situation se détériore. Ses parents ne veulent plus rentrer au pays. Mais que faire dans un pays où la police tue ton meilleur ami parce qu’il est noir ? Comment revenir dans ton pays d’origine où l’on tue l’espoir à hauteur d’homme ? Bienvenue à la rue des rêves brisés.


Coup de cœur de Francisco Aiello de l’Argentine

Je m’appelle Francisco et je réside à Mar del Plata, en Argentine.

C’est sans doute à cause de la manière dont a été écrite et enseignée l’histoire des Amériques que les images du passé qui nous viennent tout de suite à l’esprit montrent souvent des hommes européens comme protagonistes. Voilà pourquoi un roman comme Moi, Tituba, sorcière noirede Salem de la Guadeloupéenne Maryse Condé bouleverse cette perspective dominante.

Le texte donne la voix à une femme noire et esclave. Cela veut dire qu’elle accumule des raisons pour être opprimée dans un monde patriarcal, raciste et colonialiste comme celui du 17e siècle où vécut Tituba. Le roman raconte son histoire entre les Antilles et l’Amérique du Nord : née à la Barbade, elle est vendue à des protestants qui l’amènent au Massachusetts aux États-Unis, où elle fait partie des procès de sorcellerie. Elle rencontre en prison Hester, le personnage du célèbre roman de Hawthorne The scarlett letter, qui introduit dans le texte le mot féminisme, anachronisme établissant un rapport avec le contexte d’écriture – les années 1980 – pour rappeler que la position des femmes est loin d´aboutir à une situation acceptable.

L’appel aux textes littéraires et aux documents historiques contribue au projet de Condé de proposer une nouvelle version du passé construite grâce aux sources écrites et à l’imagination créatrice élaborée dans une belle écriture qui n’épargne pas la cruauté réservée aux femmes noires.


Coup de cœur de Valeria Madaí Guerra, El Salvador

Je m'appelle Valeria Guerra, salvadorienne diplômée en Langues Modernes et en gestion culturelle. Professeure de Français Langue Etrangère (FLE) à l'Université Centraméricaine José Simeón Cañas UCA, je suis passionnée par tout ce qui concerne le multiculturel surtout au moment de préparer mes cours!

Je vous recommande la lecture du livre Recommencements, une fiction écrite par l’auteure québécoise Hélène Dorion. C’est une œuvre qui vous introduit dans les pensées d’une femme qui perd sa mère et se voit forcée de changer sa vision de la vie. Elle entreprend un voyage sur une île qui est frappée par un ouragan. Tout au long de l'histoire, le personnage principal est confronté à elle-même et s'interroge sur différents aspects de son existence.

J'ai profité de cette lecture riche en idées sur le sens de la littérature, la vie, la mort, l'amour et la confrontation à l'inconnu.  On peut, à certains moments, s'éloigner de la réalité en suivant la poète quand elle apprécie et intériorise l'importance de petites choses quotidiennes et simples de la vie, en leur attribuant une signification importante:

 ... Le miracle que j'avais tant espéré s'était produit : je savais lire ! Le monde me devenait lisible, je pouvais boire à cette source que devenaient les mots, décrypter chacun comme un mystère enfin accessible.

Hélène Dorion, Recommencements

Envoyez-nous votre billet coup de cœur ! 

Vous aussi vous souhaitez partager votre coup de cœur littéraire avec les lecteurs de la Bibliothèque des Amériques?