Et si un soir

Dans un immeuble gris, quatre solitudes occupent un espace-rêve. Le temps, parfois décalé, y avance sans avancer.

Écrite comme un songe fragmenté, la pièce chorale «Et si un soir» s’inspire de l’obscurité qui rend possible l’exploration d’une intimité qu’on ose rarement avouer à haute voix, et où l’inaction, ce moment d’avant le geste, est la source même de la tension.