Je friboule

Ronald Léger est sans doute l’un des poètes acadiens les plus singuliers et aussi l’un des plus méconnus. Son rapport à l’écriture est essentiellement ludique et sa démarche n’est pas sans rappeler l’Oulipo. Si l’auteur oulipien se définit comme « un rat qui construit luimême un labyrinthe dont il se propose de sortir », Ronald Léger est sans conteste cet oiseau rare qui se bâtit une cage pour s’en évader à grands coups de jeux langagiers dont lui seul a le secret. Comme ultime clin d’œil, le poète nous offre ce verbe fribouler dont le sens a pris le large avec lui un beau jour de novembre.