Le lustre des cerises

Construit comme un haïbun – soit un mélange de prose et de haïku -, ce très joli recueil a été écrit au cours d’une résidence d’écriture au Caeteni Cultural Center, à Vernon, en Colombie-Britannique. Éloignée des siens, l’auteure y traduit sa façon d’appréhender le monde. En fine observatrice, elle capture l’essence des lieux dans les petits détails et les gestes du quotidien.

J’aurai deux semaines pour apprivoiser l’absence

valise ouverte
entre robe et soutien-gorge
une lettre de toi