Qui va bercer Zoé ?

Depuis la mort de son épouse, Méo Lebel ne voit la vie qu’en gris. Claudine, sa voisine, fait tout pour lui redonner le sourire. Mais rien n’y fait, Méo Lebel est trop triste... Jusqu’au jour où Claudine amène Méo à l’hôpital, où il fera la rencontrer de Zoé, une prématurée.

Avec toute sa tendresse, Andrée Poulin nous livre un texte attachant sur le deuil, la vie et sa fragilité. L’auteure souligne ici l’importance du contact physique et de la chaleur humaine si essentielle aux tout-petits. Mathieu Lampron, quant à lui, a su mettre en images avec beaucoup de finesse les propos de l’auteure. En jouant sur l’absence de couleurs et la renaissance de Méo Lebel, il exploite tout le pouvoir évocateur de ses illustrations.