Palawan

Palawan est l’histoire d’une bouleversante quête d’identité. Dès la première page, l’authenticité des lieux et des personnages captive l’attention.
Lang Co, Vietnam, 1979. Par une nuit sombre, seule au milieu d’inconnus, la jeune Kim embarque à contrecœur dans un bateau. Le rafiot, à la dérive pendant des jours, atteint finalement Palawan, un camp de réfugiés des Philippines où s’entassent des Vietnamiens venus de la mer, les Boat People. Le long jeu de l’attente commence alors. Kim n’hésitera pas à mentir sur son identité pour quitter cet enfer.
Des années plus tard, au Connecticut, transformée en Américaine dans sa famille adoptive, elle demeure hantée par son désir de retrouver ses sœurs et sa mère. Elle raconte aux uns et aux autres toutes les tristes histoires qu’ils veulent entendre et s’invente un passé. Mais sa véritable histoire lui échappe. Ses recherches la conduiront de Montréal à Los Angeles puis, à nouveau à Palawan, où vivent encore, dans les années 90, des réfugiés indésirables qui n’ont pu quitter le camp. Leurs récits bouleversants l’obligeront à se rappeler ce qu’elle avait choisi d’oublier et l’aideront à faire la paix avec elle-même.