Mirror Lake

Quiconque connaît l'univers d'Andrée A. Michaud sera assurément surpris de la retrouver ici sur un terrain où on ne l'attendait pas, soit celui de l'humour, de la légèreté et de l'absurde.

Ancré dans une culture populaire où les références au cinéma, à la chanson et à la littérature abondent, Mirror Lake se veut une critique parfois amusée, parfois acerbe de la société dans laquelle nous vivons et des rapports que la promiscuité nous force à établir avec ceux que nous côtoyons.

Robert Moreau ne pouvait se douter, le jour où il a débarqué à Mirror Lake, que les forces du destin s'étaient mises en branle pour transformer son rêve en cauchemar et lui faire perdre ses dernières illusions quant à la possibilité de trouver un havre de paix sur cette planète surpeuplée. N'aspirant qu'à reprendre contact avec la virginité de la nature, Moreau apprendra rapidement, avec l'aide de Bob Winslow, son voisin d'en face, que la virginité est une notion d'un autre siècle.

Traversé par le thème du double, ce roman ne pouvait se passer ailleurs que sur les rives de Mirror Lake, lieu enchanteur où Robert Moreau, le narrateur de cette fable tragi-comique, n'a d'autre choix que de regarder droit dans les yeux celui qu'il est devenu, puis de voir, à travers les miroitements de l'eau claire, celui qu'il aurait pu être.