Je... adieu suivi de Vie d'cheval

Dans « Je... adieu », trois personnages doivent, chacun à leur façon, survivre à la journée du 14 février. Derrière une fable à la fois satirique et grave, se cachent les clichés commerciaux qui viennent troubler ces amours complexes et souvent volatiles des adolescents.

Dans « Vie d’cheval » que Léger signe avec André Roy, la pièce met en scène une journée dans la vie de deux adolescents. Le texte plonge le lecteur « dans les "transformations sauvages" de l’adolescence, dans le désir de trouver sa place et de plaire, mais aussi dans les blessures de l’exclusion en cette époque de téléréalité et de vedettariat instantané. »