Le grand feu

Georgette LeBlanc

Genre : Roman
Thèmes : Grand incendie, Acadiens, Baie Sainte-Marie, Nouvelle-Écosse

Georgette LeBlanc revient en force avec un quatrième livre en 10 ans, un « roman en vers libres » évoquant à sa manière le grand incendie de 1820 qui a détruit une vingtaine de maisons et autant de granges à la Baie Sainte-Marie, tel que raconté dans le Journal de Cécile Murat, une œuvre de fiction publiée en 1950 par l’historien acadien Alphonse Deveau. Georgette LeBlanc propose sa propre vison des évènements avec ironie, audace et sensualité. Des personnages colorés, fortement esquissés, de chair et de mots, prennent vie d’une scène à une autre, et en plein 21e siècle, sous le regard dubitatif des médias de la métropole. L’auteure d’Alma est parvenue en très peu de temps à l’élaboration d’une langue musicale et séduisante qui lui est propre et dont la motte d’argile à modeler est le français particulier aux Acadiens du sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Le Grand Feu ne peut faire que braquer quand Georgette LeBlanc attise les braises de son imagination.

Biographie de Georgette LeBlanc

Provenance :  Nouvelle-Écosse

Georgette LeBlanc est née et réside à Pointe-de-l'Église dans la région de la Baie Sainte-Marie, au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse. Elle s'est rapidement imposée comme poète avec ses recueils qui se lisent comme des romans, Alma (2006) et Amédé (2010) pour lesquels on lui a remis le prix Félix-Leclerc, le prix Antonine-Maillet-Acadie Vie, le prix littéraire Émile-Ollivier et le Lieutenant Governor of Nova Scotia Masterworks Arts Award. Son troisième livre, Prudent (2013), a été finaliste des Prix littéraires du Gouverneur général 2014. En 2015, elle a été finaliste au Prix de Poésie Radio-Canada pour son poème Ici et elle a publié son quatrième recueil, Le Grand Feu. Sa poésie narrative renouvèle et porte plus haut l'oralité tout en se tournant vers la mémoire culturelle acadienne. Tous ses livres sont publiés aux Éditions Perce-Neige, à Moncton.